Comment les réseaux de contrefaçon à grande échelle opèrent-ils ?

Pour clore notre enquête sur les problèmes de reproduction frauduleuse lors de la Coupe du monde de football, examinons comment un vaste réseau illégal de vente de maillots contrefaits a opéré et comment il aurait pu être neutralisé.

Les maillots de football sont une cible appréciée des contrefacteurs et pendant l’hystérie de la Coupe du monde, le phénomène est décuplé. Au début de la compétition, nos analystes ont surveillé un cluster de vente de maillots contrefaits déjà repéré pendant l’Euro 2016. Ils ont suivi son évolution depuis lors, tout en cherchant à identifier de nouveaux comportements et modes opératoires. Quelqu’un a, semble-t-il, surveillé puis sanctionné ces violations, mais sans bénéficier des données de regroupement qu’Incopro peut fournir.

Comment le réseau opère-t-il ?

Ce cluster a conservé le même modèle commercial depuis 2016 ; il combine les médias sociaux et les sites Web pour promouvoir et vendre ses marchandises illégales. Toutefois, ses opérations ont évolué à mesure de la fermeture de plusieurs canaux, lesquels ont été remplacés progressivement. Les individus au cœur de ce cluster opèrent à partir de la Chine, mais ciblent les marchés rémunérateurs d’Europe et d’Amérique du Nord.

Ils se servent des sites Web comme boutiques en ligne pour réaliser leurs transactions et orientent les clients vers ces derniers au moyen de leurs plateformes de médias sociaux. Nous avons identifié six comptes Facebook et trente-trois sites Web, toutefois très peu d’entre eux étaient les mêmes qu’en 2016. Nos analystes ont remarqué qu’au cours du tournoi, en cas de fermeture d’un site Web, les plateformes de médias sociaux ont simplement réorienté leurs efforts promotionnels vers une autre boutique du réseau.

Cela prouve l’importance d’éradiquer en une fois le réseau dans son intégralité : si un ou deux comptes sont fermés, vous causerez un désagrément au contrefacteur, mais cela ne neutralisera pas réellement ses activités. Une lutte contre les contrefacteurs sans stratégie axée sur des données intelligentes consiste à fermer des comptes de façon ponctuelle sans avoir une perception globale du problème.

Comment lutter contre les réseaux à grande échelle

Le seul moyen vraiment efficace pour neutraliser les réseaux de contrefaçon à grande échelle consiste à adopter une approche axée sur des données intelligentes. C'est ce qu'Incopro réalise grâce à sa technologie unique de regroupement. En connectant tous les éléments du réseau, vous êtes en mesure d’appliquer une stratégie d’échelle plutôt que d’utiliser une approche de type « jeu de la taupe ». Cela permet de s’attaquer à la source du problème et d’obtenir des résultats durables.

De toute évidence, quelqu’un a essayé de lutter contre ce cluster pendant le tournoi, mais avec une approche ad hoc et, au bout du compte, très peu de résultats. Comme nous l’avons expliqué la semaine dernière, le contrefacteur ne s’est pas senti suffisamment menacé pour modifier ses coordonnées sur le réseau. Incopro surveille constamment des clusters comme celui-ci afin de mieux appréhender le comportement des contrefacteurs et d’identifier les nouvelles tendances. Il conserve ainsi une longueur d’avance et le coup asséné pour défendre la propriété intellectuelle de ses clients produit un impact bien réel.

Cliquez ici pour lire les autres articles consacrés à la contrefaçon pendant la Coupe du monde de football ou pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons vous aider à protéger votre entreprise.

___

Si vous souhaitez en savoir plus sur la façon dont Incopro contribue à la protection contre la contrefaçon, veuillez nous contacter.

Billets de blog connexes

En raison de la complexité des clusters (réseaux de contrefaçon), nous évaluerons les éléments clés du regroupement.

Quand les pays ont commencé à dévoiler leurs tenues de Coupe du monde, la nouvelle tendance est devenue manifeste

Incopro se penche sur la première Coupe du monde où des maillots contrefaits de haute qualité ont causé un préjudice aux marques en raison de l’exploitation de l’impression 3D